Papiers recyclés : ils ont la “fibre” ! - 07/03/2014

Le papier préserve notre histoire et notre passé, son recyclage préserve notre avenir !
Chaque année, un français consomme environ 60 kg de papier, mais n'en trie qu’un sur deux en moyenne. Pourtant, les bénéfices du recyclage sont nombreux.

92 000 emplois

Premier déchet en poids dans nos poubelles, le papier est entièrement recyclable. En le triant, vous donnez une seconde vie à la fibre de bois, matière première principale du papier, réutilisable entre cinq et sept fois.
Recycler une tonne de papier, c'est économiser 13 000 litres d’eau par rapport à la production de papier issu de fibres vierges. On utilise également deux à trois fois moins d'énergie.

La filière graphique et le recyclage du papier sont par ailleurs de réelles sources d’emplois en France, non délocalisables : 9 000 emplois dans les usines de production, 60 000 emplois dans les imprimeries et 23 000 emplois dans le secteur de la collecte et du tri.

Pourtant, entre 2012 et 2013, les tonnages de papiers envoyés vers la filière principale de recyclage ont baissé de 9 %, alors que le recyclage des papiers présente bien des avantages.

Séparé des emballages en plastique, en carton ou en métal au centre de tri du Smédar, le papier est transporté vers la papeterie UPM Chapelle Darblay, spécialisée dans la fabrication de papier 100 % recyclé. Vos vieux papiers sont mélangés à de l’eau, transformés ainsi en pâte qui est dépolluée, nettoyée, désencrée, blanchie puis étalée et séchée. Vos vieux papiers sont recyclés en journaux, en cahiers ou encore en enveloppes.

Plus d'infos dans le Détri'Astuces

Le Smédar distribue dès cette semaine le journal Détri’Astuces dans toutes les boîtes aux lettres des habitants. Comme 67,6 % des journaux et magazines, celui-ci est imprimé sur du papier recyclé.

Si vous ne l’avez pas reçu avant le 22 mars, vous pouvez le signaler au Smédar, en envoyant un mail à l’adresse contact@smedar.fr

Découvrez également le spot radio, diffusé sur les ondes de Cherie FM, NRJ et Nostalgie.